Les Actualités

Quoi de neuf à Boisset ?

Les assoc’s mettent le feu

La bonne douzaine d’associations que compte Boisset se sont réunies samedi 23 juin pour mieux se connaître.
Après des échanges entre membres des conseils d’administrations respectifs et un concours de pétanque avec des équipes composées de membres d’associations différentes, tous les bénévoles et/ou adhérents étaient conviés à un repas collaboratif, avant l’embrasement d’un grand feu de la Saint-Jean, ouvert à toute la population, au son de l’accordéon.
Une excellente soirée qu’il est d’ores et déjà prévu de pérennisée.

Les peintres font salon

Le Salon des peintres de Boisset ne ressemble pas à ce qui se pratique dans bien d’autres communes du Cantal où essentiellement des peintres locaux exposent. Ici, c’est “un concentré inédit au mètre linéaire d’œuvres de peintres professionnels et de renom”. Une fierté pour l’association Bogu’Art qui, non seulement a réussi à convaincre une première fois il y a dix ans, mais qui depuis se voit même dans l’obligation de refuser celles et ceux qui convoitent les cimaises boissétoises.
Cette année, une quinzaine d’entre eux, auxquels s’ajoutent deux sculpteurs et quelques peintres amateurs ont été sélectionnés : Michel Four, Régine Bertin-Bisson, Jean Lacalmontie, Michel Huisman, alias Valéry Lanou, Christian Mayne, Guy Sounillac, Werner Van Hoylandt, Jean-Luc Fau, Jean-Luc Fel, Valérie Gendre, Christian Héquet, Gérard Alvarez, Raymond Cazes, Patrick Laroche et… une découverte, celle du style « Rococo » porté par Yas.
À noter également la présence des œuvres de K.arma.X qui travaillent à deux et proposent des œuvres sculptées et peintes et le sculpteur lotois Louis 2 Verdal.
Ouvert du samedi 23 juin au dimanche 1er juillet, de 14 h à 19 h 7 jours/7 ainsi qu’en matinée de 10 h 30 à 12 h les samedi et dimanche. L’entrée est libre et gratuite, mais une tombola dotée par les artistes professionnels est organisée pour “faire vivre l’expo”. Le billet vendu 2,5 € permettra aux plus chanceux de repartir avec des ouvrages ou des dessins.

Une grue pour Saint-Nicolas

« Le dynamisme d’une commune se mesure au nombre de ses grues« . La formule chère au conseiller départemental Philippe Fabre s’applique aussi à Boisset !
Le foyer de vie Saint-Nicolas conforte notre village dans le cercle vertueux du développement. Publics, privés, associatifs… Les projets se multiplient à la veille de l’installation des Résidences Saint-Nicolas qui, en 2019, ouvriront à Boisset un établissement d’accompagnement psychiatrique de 40 places. La somme de ces investissements dépasse les 7 millions : l’équivalent de 22 ans de budget sans grever notre trésorerie ni recourir à la pression fiscale, puisqu’essentiellement portés par le secteur privé.
Pour accompagner cette réalisation médico-sociale, accordée par le Conseil départemental du Cantal et soutenue par la communauté de communes de Châtaigneraie. la commune de Boisset investit tout de même 860 000 €, profitant des soutiens de l’État et du Conseil régional.

Sandrine Cassan, élue maire

Réuni au complet pour la première fois depuis l’élection de Jean-Michel Lacalmontie, le conseil municipal a désigné son maire, vendredi 8 juin en soirée. Sandrine Cassan, jusqu’alors 4e adjointe, s’est portée candidate. Elle a été élue avec 13 voix sur 15 (deux abstentions). Avec la promesse de poursuivre sur la voie tracée par son prédécesseur, Joël Lacalmontie qui a laissé la commune orpheline, elle a insisté sur l’importance de faire briller Boisset en Châtaigneraie, dans tout le Cantal et même au-delà.

Après son élection à la tête du conseil, Sandrine Cassan a expliqué réduire à trois le nombre d’adjoints par souci d’économie. Elle a nommé : Renaud Saint-André, 1er adjoint en charge des affaires scolaires, du développement économique, de la communication et des relations extérieures qui représentera à ce titre Boisset au sein de la communauté de communes de la Châtaigneraie cantalienne. Pierre Rouquier, 2e adjoint aura en charge le suivi des travaux, des relations avec les entreprises et la gestion des agents techniques communaux. Pierrot Fauriol, 3e adjoint, épaulera celui-ci dans le suivi des chantiers. Magali Maniol est conseillère déléguée et hérite à ce titre de la signature du maire lorsque celui-ci est empêché et Fabien Charmes conseiller délégué aux affaires scolaires.

De formation bancaire et aujourd’hui conseillère en placement et ingénierie patrimoniale, le nouveau maire de Boisset veillera directement à l’élaboration du budget communal. Membre du Rotary club de Saint-Flour et membre de l’association Sarrasin de Boisset, elle prend également en charge les relations avec les associations.

Transhumance et Fête de la Brebis

Étape importante sur le parcours entre Lot et Cantal, à Boisset :

Dimanche 27 mai sera placé sous le signe du pastoralisme… et de la fête ! Les marcheurs qui suivent la Transhumance entre Vallée du Lot et Volcan cantalien parcourront l’étape Maurs/Boisset se verront à l’arrivée au cœur de la fête de la Brebis qui battra son plein.
Le Comité d’animation de Boisset a en effet prévu un programme riche et varié autour de cette thématique, avec notamment des démonstrations de chiens de troupeau, la tonte des moutons, des ateliers du travail de la laine, une exposition de races ovines et une participation au repas des pastres en soirée (13 €), autour d’agneaux à la broche.
Mais ce n’est pas tout ! Parmi les autres animations annoncées un petit déjeuner aux tripoux à 9 heures, une mini-randonnée et la visite d’un atelier de filature à 14 h 30 et tout au long de la journée : – grand vide-greniers, marché de pays, vente de plants et de fleurs au profit de l’Amicale des parents d’élèves de l’école de Boisset… Le tout, à proximité immédiate du troupeau de plusieurs centaines de brebis qui, depuis Espédaillac, emprunte les chemins de traverse pour rejoindre le Lioran et les vertes prairies des Monts du Cantal. Elles passeront deux jours de repos à Boisset, avant de reprendre la direction de Saint-Mamet.

INFO +
Les participants à l’étape de la Transhumance du dimanche 27 mai (16 km) pourront garer leurs véhicules à Boisset à 7 h 30. Un autocar transportera les chauffeurs jusqu’au point de départ, village de la Châtaigneraie, à Maurs. Après une pause musicale le temps d’un pique nique et de quelques rafraîchissements à la Planche-du-Souq vers midi, l’arrivée des marcheurs et du troupeau est annoncée pour 16 heures au bourg de Boisset où se tient la Fête de la Brebis.

Renseignements sur les animations boissétoises : 06 87 33 97 43. Informations sur les étapes de la transhumance : www.transhumance.info

Montmacq, l’ASB et la valise

L’ASB, c’est aussi pour s’amuser : le club de foot, créé en 2003, a permis de maintenir à la fois une population jeune à Boisset et une vraie ambiance de village. Sur le stade Jean-Jacques Lavergne, ne se jouent pas que des matches « officiels ». Des rencontres amicales et inédites y sont aussi organisées, comme celle de ce vendredi 11 mai contre une équipe de Montmacq. Des habitants de l’Oise qui font tous les ans le déplacement pour affronter les Gaulois du Cantal.
Les perdants ont pris… une valise ! Au sens propre : nos visiteurs ont dû repartir avec elle sous le bras, suite à un match perdu 1-0 en première mi-temps et 3-0 en seconde face aux vétérans des VielPelous.

Élection partielle

Par arrêté préfectoral en date du 3 mai, les électeurs de la commune de
Boisset sont convoqués aux fins de procéder à l’élection d’un conseiller municipal.
Le scrutin se déroulera le dimanche 3 juin 2018 et, en cas de second tour, le dimanche 10
juin 2018. Le scrutin sera ouvert à 8 heures et clos le même jour à 18 heures.

Les candidats ont obligation de déposer leur déclaration de candidature à la préfecture du
Cantal – bureau des relations avec les collectivités territoriales et des élections – Cours
Monthyon à Aurillac, du lundi 14 au jeudi 17 mai 2018 à 18 heures.

Une fois au complet, le conseil municipal désignera dans la semaine suivante, son maire qui à son tour nommera les adjoints et leurs attributions.

La commune orpheline

Admis dans un état critique mardi 24 avril à l’hôpital de Clermont-Ferrand, notre maire Joël Lacalmontie est décédé le lendemain, mercredi 25 avril.

Ses obsèques ont été célébrées vendredi 27 avril en l’église de Boisset. Une foule d’au moins 1500 personnes y ont assisté, en présence de toutes les personnalités que compte le département.

Notre village, et bien au-delà tout le département, reste sous le choc. Et profondément triste. Les pensées des élus accompagnent ses proches.

Voyage scolaire

Les (grands) enfants de l’école sont bien rentrés -comme prévu, à 20h30 pile !- de leur classe de mer d’une semaine à Saint-Jean-de-Luz.
Un voyage rendu possible grâce à de généreuses subventions à l’amicale des parents d’élèves de la part des autres associations de Boisset et de la municipalité qui a participé à hauteur de 3000€. De quoi proposer le séjour a un tarif très compétitif pour les familles.

Merci les chineurs !

Cette année, on a dérogé à la règle habituelle ! La Grande Brocante de Boisset ne s’est pas tenue le 1er dimanche d’avril (en raison des fêtes de Pâques), mais le deuxième, soit le dimanche 8 avril. Pour autant, la 35e édition a attiré encore des milliers de visiteurs et s’est même avérée un grand cru, grâce aux nombreux exposants professionnels qui ont répondu présents à l’invitation du Bureau de tourisme.
Près de 100 exposants
Une manifestation parmi les plus côtées du Cantal (mais aussi du Lot et de l’Aveyron) pour laquelle de très nombreux collections se sont dévoilées, des timbres aux véhicules anciens, en passant par les couteaux ou les objets ayant trait aux pompiers du Cantal et d’ailleurs. S’ajoutent comme le veut la tradition, des véhicules anciens, autos et motos, amenés par la Team Volcan légende d’Aurillac, Auto-moto Sarlat, le club Amigau…
Malroux, Destannes et les autres
Mais aussi, l’édition de parapluies fabriqués à Aurillac et qui reprennent chaque année le thème de l’affiche ; des dédicaces avec Antonin Malroux qui adonné son nom à l’école du village et dont le dernier ouvrage “le Pain de Paille” est sorti le 28 mars.
Le Bureau de tourisme a aussi réussi à convaincre Gérard Destannes, qui perpétue l’activité de coutellerie lancée par son arrière grand-père, d’exposer pour la première fois sa collection privée.

Top