Les Actualités

Quoi de neuf à Boisset ?

Le Bulletin est en ligne

Le Bulletin municipal de Boisset 2017 a été distribué avec quelques semaines plus tard que d’habitude, afin de pouvoir présenter à la population de manière suffisamment aboutie les projets et les esquisses des nombreuses réalisations et chantiers qui s’ouvrent cette année.
Il est aussi consultable en ligne ! (et peut être téléchargé)
Au menu de cette édition : après l’accord du Conseil départemental du Cantal, le point sur le Foyer de vie dont le permis de construire est sur le point d’être déposé ; les nouvelles maisons – dont une construite par la commune et deux autres par Logisens – ; le nouveau quartier de la gare et la construction d’un atelier communal ; l’hommage à l’enfant du pays, Antonin Malroux…
Des témoignages et interviewes : Georges Lacalmontie parle de l’adressage, Bruno Cassan de l’Entre-côte, Daniel Chaze de l’association Saint-Nicolas, Lionel Nigou du retour de l’AS Boisset…

Attention faux démarcheur

Actuellement le Cantal connait une recrudescence de démarchages abusifs et même de faux démarcheurs. Boisset n’échappe pas à la règle et la Mairie communique :

Un faux démarcheur se présentant comme agent ENGIE circule sur Boisset. Il s’introduit dans les maisons et demande les factures EDF. Il faut donc être très méfiant car aucun agent ENGIE n’est habilité pour ce genre de chose.

Atelier contes

L’association boissétoise Les Encantades organise, en partenariat avec Le Noyau Joli, un atelier-conte animé par Michel Galaret, les samedi 13 et dimanche 14 mai à Maurs salle de la Martinelle, près de la Poste. Débutants acceptés.
Début 14 heures le samedi, réserver sa soirée pour un spectacle privé, entre conteurs et amis ! Suite en fin de stage, dimanche toute la journée, repas-partage pris ensemble (suivre la totalité du stage est fortement conseillé).
Tarifs : Adhésion (6 € ou 10 € famille) plus 15 €. Réservations obligatoires au 04 71 62 36 69 ou encantades@free.fr

60 ans de mariage

Un anniversaire qui aurait même pu se dérouler plus tôt…
L’échange de consentements entre Élise Lantuéjoul et Jean Équille a été repoussé d’un an, le futur époux étant appelé à servir la Patrie lors de la guerre d’Algérie et Afrique du nord, en 1956. À son retour, ils ont prêté serment, le 23 février 1957. De leur union sont nés trois enfants, sept petits-enfants et (à ce jour) quatre arrières petits-enfants. Entourés de leur grande famille, Élise et Jean ont célébré leurs noces de diamant le dimanche de Pâques, 16 avril 2017 à l’Auberge de Concasty.
Jean Équille, agriculteur à Boissadel, a toujours eu le sens des responsabilités et de l’engagement, prenant part au syndicalisme agricole et autres organisations professionnelles, au conseil municipal (durant le mandat où il fut décidé de construire une piscine à Boisset), en charge du club des aînés durant une quinzaine d’années et aujourd’hui président de l’association communale des anciens combattants…
Le maire et sa compagne, ainsi que le 1er adjoint de Boisset, ont tenu par leur présence à saluer et féliciter les époux, à la tendresse et complicité intactes, après ces 60 années de vie commune.

En route pour la 35e !

“C’est dans la difficulté que l’on reconnait une belle équipe…” Jean-Pierre Cassan, président du Bureau de Tourisme, souligne combien la 34e Brocante a été encore une fois une grande réussite : 3200 visiteurs ! Soit toujours sur le podium des plus importantes du Cantal et des départements limitrophes. Au détour d’internet et de ses commentaires concernant la manifestation, il a retenu celui-ci :

« Un soleil ardent a éclairé cette Brocante de Boisset. Je ne suis pas trop brocante mais on ne peut pas non plus ignorer un événement comme celui-ci ! D’autant plus qu’un beau ciel bleu témoignait sa solidarité. »

“Un rappel sur la difficulté d’assumer notre date fétiche (premier dimanche d’Avril…) Au travers de nombreuses éditions précédentes nous avons toujours réussi à passer entre les gouttes et à assurer une multitudes de découvertes à travers l’espace dédié à notre manifestation ; cette année nous avons souffert le samedi et dimanche matin, mais une fois de plus nous avons vaincu ensemble”, souligne encore Jean-Pierre Cassan.

Le Bureau de Tourisme tient donc à remercier chaleureusement Boissétois, Parisiens, Toulousains, Gersois… et tous les autres, l’ensemble de l’équipe bénévole, les commerçants, les fournisseurs (maintenant partenaires de la Brocante), les Amis de Sarlat (et leurs véhicules de collection), le club Amigau et Old MX (pour les motos anciennes), Mathieu Piganiol (pour son exposition sur l’histoire de la manufacture de parapluies… et pour sa confiance).

“Nous nous sommes promis à l’année prochaine, pour la 35e”, conclut le Bureau de tourisme.

Bravo pour le tableau

Comme l’an passé, l’œuvre originale qui a servi de support à l’affiche de la Foire à la Brocante de Boisset constituait le premier prix d’une tombola, dont les gagnants étaient tirés au sort parmi les tickets d’entrée.
Mme Brige, qui avait gagné le tableau de l’année dernière, a tiré au sort parmi les milliers de bulletins, celui qui aurait une chance similaire à la sienne. Et ce fut celui de la famille Teyssèdre de Capdenac-Gare (12), portant le numéro 2215.
Les gagnants sont revenus à Boisset retirer l’œuvre du peintre Christian Héquet, offerte par le Bureau de tourisme, organisateur de la Foire à la Brocante et du jeu.
En outre, ont remporté une des places à l’Aquaparc de Rénac-land les numéros suivants : 0046-1357-0005-0038-1451-402-163-565.

On a bien ri !

Superbe soirée théatrale, au profit de l’Amicale des Parents d’Élèves (APE). Samedi 8 avril, l’Association théâtrale de Cayrols a donné s’est donnée en spectacle à la salle des fêtes boissétoises. Les comédiennes et comédiens amateurs ont repris les sketches des Vamps, Chevaliers du fiel, les Inconnus, etc.
De grands moments de rire pour les 80 spectateurs présents, avant de partager une soupe au fromage, pour clore la soirée. L’entrée était gratuite, mais la participation au chapeau et la recette de la buvette permettront de conduire des opérations au profit des enfants de l’école.

Resto au coeur du Bourg

Complémentaire des deux autres établissements boissétois – la Planche du Souq et sa spécialité de truite au lard, ainsi qu’en saison de la très réputée table de Concasty – l’Entre-Côte entend développer une cuisine familiale autour des recettes régionales et de tradition, à condition de réserver (04 71 62 59 14). Janine Amblard derrière les fournaux prépare le pounti, la blanquette, la tête
de veau ou la poule farcie, mais aussi la choucroute ou le cassoulet…
Repas ouvrier complet 13 € (entrée plat fromage dessert et vin compris), menus plus élaborés sur demande.

Le 19-Mars célébré

Une commémoration du 19-Mars-1962, fin de la guerre d’Algérie, s’est déroulée dans la plupart des communes du Cantal. Celle de Boisset s’est tenue le samedi 18 mars en présence de l’association locale des anciens combattants, ainsi que celle de Leynhac et de l’association cantonale de Maurs.
Par son action, la Fnaca rend hommage à ses compagnons morts pour la plupart à 20 ans, en y associant les “frères d’armes harkis et supplétifs”, ainsi que les victimes civiles : 30 000 morts, 300 000 blessés ou malades, corps mutilés, esprits troublés à jamais auxquels s’ajoutent des centaines de disparus.

Un livre à chaque élève

Antonin Malroux revient dans “son école”, celle de Boisset qui porte son nom. Il arrive les bras chargés de cadeaux : lorsque l’éditrice cantalienne Patricia Rochès(1)  lui a proposé de collaborer à un livre pour la jeunesse racontant le Cantal, l’écrivain natif de la commune n’a posé qu’une condition : plutôt qu’un cachet pour l’écriture de “À la découverte de la vie des burons”, disposer d’autant d’exemplaires qu’il y a d’enfants à l’école de Boisset.

Jeudi 16 mars, tous deux iront à la rencontre des plus de 40 jeunes Boissétois qui composent l’effectivf de “l’école communale Antonin-Malroux”, présenter cet ouvrage, composé avec la complicité de Marcel Besombes, président de l’association de sauvegarde des burons du Cantal, et richement illustré par Daniel Brugès, ami de longue date de l’auteur avec qui n’avaient pourtant jamais collaboré ensemble avant le projet de Patricia Rochès, qui les a enfin réunis.

(1) Éditions La vache qui lit, créées en 2008 à Coren près de Saint-Flour. 

Top