Les Actualités

Quoi de neuf à Boisset ?

Célébration du 19-Mars

Le dimanche 18 mars les anciens combattants d’Algérie et d’Afrique du nord ont célébré le Cessez-le-feu à Boisset, sur la place bien-nommée « 19-Mars-1962 ».
Le président communal de la Fnaca, Jean Équille, a délivré un message rendant hommage aux soldats du Cantal qui se sont battus sous les drapeaux parfois au péril de leur vie. L’adjoint au maire s’est fait le porte-parole de Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État chargée des anciens combattants.
Après le vin d’honneur offert par la municipalité au bar communal, les anciens combattants boissétois se sont ensuite rendus à Leynhac pour un autre hommage local.

Décès de l’abbé Pignol

François Pignol, curé du village apprécié de tous les Boissétois, quelle que soit leur confession, est décédé samedi 10 mars au presbytère du Bourg où il résidait et où, régulièrement, il donnait des messes.
Chaque famille gardera en mémoire l’image d’un homme souriant, attentionné, et très ouvert. Il avait baptisé de nombreux enfants du village tout au long de ces dernières années. Auparavant, il avait également exercé dans d’autres paroisses du Cantal, notamment au Rouget, à Pierrefort, à Anglards-de-Salers…
Les obsèques et l’inhumation de l’abbé Pignol seront célébrées mardi 13 mars à 10h30 à Saint-Urcize (Cantal) commune dont il est issu.

Les Maisons de Concasty

La douceur de vivre se perpétue à Boisset, au cœur de la Châtaigneraie cantalienne.
Fruit d’une longue réflexion, Martine Causse offre à Concasty un nouvel horizon, à travers une expérience neuve : ce sont en effet maintenant 2 gîtes familiaux qui occupent les dépendances, tandis que la principale bâtisse devient Maison  d’hôtes. D’où le nouveau nom de baptême : « Les Maisons de Concasty » qui profitent à cette occasion d’un tout nouveau site Internet.
Pour ceux qui y séjourneront, Martine a prévu une table d’hôtes : « Pour des soirées amicales, des petits déjeuners gourmands et des dîners de partage : une nouvelle expérience mûrie et affinée tout au long de ma vie voit enfin le jour ! La tenterez vous avec moi ? » Pour joindre Martine Causse, se renseigner et/ou réserver, notez la nouvelle adresse mail maisons-concasty@orange.fr
Le téléphone reste inchangé : 04 71 62 21 16

NB : Bientôt à Concasty, des initiations pour cultiver son potager en permaculture.

Silence, on roule !

La commune de Boisset est particulièrement en avance : c’est un des rares villages ruraux du Cantal à s’être si rapidement doté d’un véhicule 100% électrique.
Jeudi 22 février, les agents communaux Thierry et Georges ont pris possession du Peugeot Partner, particulièrement silencieux et écologiquement responsable. Il remplacera favorablement le vieil utilitaire Kangoo diesel, à bout de souffle.
Le surcoût de la propulsion électrique a été entièrement pris en charge par la Communauté de communes de Châtaigneraie qui prétend au label « Territoire à énergie positive et à croissance verte » (TepCV).

Collector : Lame de Boisset

Il est pour vous !
L’authentique souvenir de l’Hôtel-Restaurant de la Gare, où nombreux sont ceux qui y ont des souvenirs, a été créé par le Bureau de Tourisme de Boisset : il est à retenir dès maintenant, en ex-clu-si-vi-té, pour une livraison le jour de la Grande Brocante, le 8 avril 2018.
Seulement 50 exemplaires d’un couteau dont le manche a été taillé dans les poutres du Beauséjour… Son nom ? « Lame de Boisset », en forme de clin d’œil à cette âme de la commune à laquelle l’établissement a participé.
Jean-Louis Senilhe rappelle les grandes dates :

– 1868 : la ligne de chemin de fer Figeac-Aurillac est inaugurée. Quel chantier titanesque ! Ponts, viaducs, tunnels, tranchées dans la roche dure, et tout à la pioche. Quel bouleversement pour le bourg de Boisset. Autour de la gare se créa une certaine activité autour du transport des voyageurs et des marchandises acheminées par le rail (bois ; produits agricoles ; etc). Une ferme existait près de la gare, un bistrot restaurant, avec cette activité nouvelle allait se développer. C’était l’embryon du futur Hôtel-Restaurant Beauséjour .

-de 1904 à1934 : les « trains Bonnet » permettaient à la nombreuse colonie des Auvergnats de Paris, de revenir, à prix réduit, se ressourcer au pays, dans le Cantal. Un apport intéressant pour les villes pourvues d’une gare, comme Boisset !

-En 1936 : le Front Populaire créa les congés payés. Les touristes voyageaient presque uniquement en train. Une aubaine que la famille Bersagol allait exploiter en construisant un hôtel « tout confort » avec de nombreuses chambres. Parallèlement, dans le bourg, pour les mêmes raisons, l’hôtel Gramond s’agrandissait créant, ainsi, deux lieux d’animation à Boisset. (Les touristes venaient pour un mois et se promenaient à pied.)

– À partir des années 60 -70 les touristes se déplacent en voiture et surtout raccourcissent leur séjour. Toutefois, durant cette période le site de la gare était un lieu festif aux nombreuses manifestations : mariages, banquets, bals, méchouis, pétanque sur les quais de la gare.. jusqu’aux années 90 avec une activité qui perdure notamment avec Mireille et Jean Louis Fau, avant que ceux-ci ne revendent et changent d’activité et revendent l’établissement.

– En 2017 : les deux bâtiments de l’hôtel sont rénovés en appartements et le restaurant, en ruines, est rasé. Un local technique le remplacera. Le bureau de Tourisme de Boisset – qui organise la grande brocante annuelle- a eu l’idée avec le bois des anciennes poutres du restaurant de faire renaître Lame de Boisset. Un couteau collector réalisé par Gérard Destannes, un artisan coutelier d’Aurillac.
Il est à réserver ICI, sur le site de Boisset-Cantal.fr et sera livré le jour de la Brocante : le 8 avril 2018 à Boisset (Cantal-Auvergne). 
Vous êtes intéressés par cet objet collector et vous ne pouvez pas être présent le jour de sa distribution officielle (le 8 avril) ?
Vous pouvez le commander directement auprès du Bureau de Tourisme de Boisset en adressant votre demande au :
06 38 43 05 93
Il en coûtera alors 45€ frais de port inclus (au lieu de 40€)

Foyer Saint-Nicolas

C’est parti pour les travaux du foyer de vie Saint-Nicolas qui abritera une quarantaine de résidents adultes atteints de handicap psychique et qui créera autant d’emplois dans divers secteurs d’activité. Un directeur de site, nommé à l’automne 2018 procèdera aux embauches qui seront pourvues au printemps 2019.
Pour l’heure, et avant que le constructeur aurillacois Soulier installe sa grue pour monter le bâtiment, l’entreprise arpajonnaise Matière prépare le terrain. Des milliers de mètres cubes de terre sont déplacés. Ils serviront à une plate forme nécessaire à la création de la nouvelle station d’épuration, l’actuelle s’avérant totalement obsolète.

Aînes de la Châtaigneraie

L’assemblée générale du club des aînés de la Châtaigneraie de Boisset s’est tenue dimanche 14 janvier en mairie, sous la présidence de Georges Lacalmontie, en présence des membres du bureau et des adhérents. Le trésorier a dressé un bilan financier bien équilibré. Suite au tiers renouvelable, le bureau est resté inchangé. Après la réunion, rendez-vous était pris au restaurant de la Planche-du-Souq pour le traditionnel repas annuel du club, dans une ambiance toujours excellente.

Brocante le 8 avril

C’est la grande nouvelle de 2018 : exceptionnellement, la Grande Brocante de Boisset, une des plus importantes du Cantal et de tous ses départements limitrophes, ne se tiendra pas le 1er dimanche d’avril (wee-end de Pâques), mais le deuxième, soit le Dimanche 8 avril.
Un fait majeur rappelé par le président Jean-Pierre Cassan, lors de l’assemblée générale du Bureau de Tourisme qui s’est tenue le 20 janvier à la Planche-du-Souq. La réunion a aussi permis de dresser un bilan financier très sain et de révéler la création d’un couteau à tirage limité, créé par un artisan aurillacois, qui rend hommage à l’ancien Restaurant de la Gare : son manche est taillé dans les poutres du bâtiment aujourd’hui disparu.
Le jour de la Brocante, une nouvelle fois de nombreuses expositions sont annoncées : autos et motos anciennes, collection de couteaux, livres d’Antonin Malroux, etc.

Deux logements inaugurés

À Boisset, l’offre de logements locatifs est nettement inférieure à la demande. En plus des offices publics et privés du Cantal, la commune dispose de son propre parc d’appartements et pavillons. Il vient de s’agrandir encore, depuis la livraison d’une maison disposant de deux logements totalement indépendants, chacun de plain-pied, hameau des Mélèzes. Samedi 13 janvier, le constructeur Maison Partout (pavillonneur leader dans le département du Cantal, représenté par son président, Yoann Canet) a livré ce chantier, inauguré dans la foulée par le conseil municipal, maitre d’ouvrage.

Descriptif

Réunis autour du maire, Joël Lacalmontie, les adjoints et conseillers municipaux qui ont suivi ce dossier ont visité ces logements d’environ 85 m2, entièrement accessibles aux personnes handicapées à mobilité réduite. Grâce à l’application des dernières normes RT 2012, relatives à l’isolation, les logements dotés d’un plancher chauffant hydraulique piloté par une chaudière hybride (pompe à chaleur pour le chauffage et chaudière gaz pour l’eau chaude sanitaire), promettent d’être peu énergivores.
Au chapitre des équipements, outre un jardin privatif et des terrasses aménagées pour chaque locataire, la cuisine est entièrement équipée avec cellier connecté, larges baies vitrées, volets roulants, etc. Les locataires sont déjà retenus et s’y installeront le 1er février. En 2018, Logisens construira dans le bourg, lotissement des Noyers, deux autres pavillons locatifs.

Coût zéro !

Les deux loyers - respectivement 400 et 450 euros - couvrent davantage que la mensualité de remboursement du crédit contracté pour ce projet facturé moins de 200 000 euros.

Honneur aux Donneurs !

Quinze donneurs de sang de plus à Boisset en un an, dix de plus à Maurs… Bravo !
L’association de secteur était réunie en assemblée générale à la mairie de Boisset, mardi 9 janvier, sous la présidence de Murielle Destang. L’association de donneurs craint cependant que les prochains résultats soient bien moins encourageants, suite à la décision de l’Etablissement français du sang (EFS) de diminuer de moitié le temps de collecte à Maurs, dans un souci d’harmonie nationale du temps de travail. Une « obligation » comme l’a précisé la responsable de l’EFS, le docteur Corinne Montpeyssin.
La fédération départementale du Cantal et son président Albert Vinas ont également vivement critiqué cette décision qui risque en effet d’avoir un fort impact sur les collectes rurales. Le Cantal risque même de perdre son titre de la générosité (nombre record de 8 donneurs pour 100 habitants, alors qu’on en compte à peine 4 au niveau national).
Pour autant les donneurs réguliers restent nombreux et très fidèles comme en témoignent la trentaine de diplômes remis en fin de réunion. Là encore un record : le Boissétois Dominique Four s’est vu remettre la plus haute distinction pour plus de 150 dons du sang, sous les applaudissement de l’assistance et des élus présents (la municipalité était représentée par le 1er adjoint Renaud Saint-André et le conseiller Pierrot Fauriol ; le maire Joël Lacalmontie intervenant au titre de vice-président du Conseil départemental du Cantal)

Top